L’heure du réveil pour la forêt auboise

François Nicolle, M. le Préfet Mosimann, Antoine d’Amécourt, Bruno Degoisey et Valérie Bazin-Malgras. ©P.SCHILDE_AGENCE_INFO

Dans une période tendue autour de la ressource, entre exploitants forestiers et transformateurs, plutôt que s’envoyer des volées de bois vert, si l’on travaillait davantage dans un esprit de filière ? Le débat placé au cœur du cinquantenaire des organismes forestiers (SPFSA et Groupement Champenois), qui a fait suite aux AG annuelles très mobilisatrices, a permis d’esquisser quelques pistes…

Le marché du bois est porteur, mais les transformateurs manquent de matières premières dans leurs scieries et se plaignent de voir les grumes de chêne, surtout, leur passer sous le nez. Direction l’export. Direction la Chine, pays voué aux gémonies ces temps-ci. Le débat organisé à l’occasion des assemblées générales du Syndicat des propriétaires forestiers sylviculteurs Aube (SPFSA) et du Groupement Champenois — qui fêtaient de concert leurs 50 ans d’existence au Domaine de Vaux, fin mai — a été animé (lire en encadré). Mais il existe peut-être un moyen de contourner le problème, du moins en partie : en creusant du côté de la micropropriété forestière, laquelle est sous-exploitée… Le directeur Christophe Baudot a dévoilé un plan en ce sens. Il devrait faire l’unanimité et pourrait sonner le réveil cette belle endormie qu’est la forêt auboise. P.SCHILDE

 


Petit panorama de la forêt privée auboise

Dans l’Aube, globalement, la forêt représente 135 000 ha et couvre 26 % du territoire. La forêt privée occupe 91 000 ha, soit 67 % de l’ensemble. 39 000 ha sont sous PSG (plans simples de gestion), soit 43 %. 92% des propriétaires possèdent moins de 4 ha (la surface moyenne est légèrement supérieure à 2 ha). On recense notamment de très beaux crus de chêne dans les secteurs de la Champagne humide (50 000 ha) et dans le Pays d’Othe (18 000 ha). Le Syndicat, présidé par François Nicolle comptabilise 454 adhérents et le Groupement piloté par Bruno Degoisey regroupe 725 propriétaires. Les 14 salariés du Groupement gèrent 30 000 ha de forêts et mettent sur le marché plus de 70 000 m3 de bois par an (par appels d’offres).