Les houblonnières ouvrent leurs portes le 13 juillet

Communication. Depuis 2015, l’association Houblons de France accompagne le développement de la filière dans l’Hexagone. Avec cette opération, elle souhaite sensibiliser le grand public.

Des houblonnières ouvrent leurs portes ce samedi un peu partout en France.

Dans le paysage, elles ne passent pas inaperçues avec leurs lianes, leurs nombreux poteaux ou encore les câbles qui s’étirent à plusieurs mètres de hauteur. Elles, ce sont les houblonnières. Dans l’Hexagone, on compte aujourd’hui une vingtaine d’houblonnières indépendantes (soit environ 25 hectares au total, plus de 90% sont en bio). Des projets qui poussent un peu partout. Il faut dire que de plus en plus de micro-brasseurs souhaitent travailler avec du houblon français.

Un seul site ouvert en Grand-Est

Ceux que l’on appelle les néo-houblonniers – ces producteurs non issus du monde traditionnel du houblon et ne faisant pas partie d’une coopérative – ouvriront d’ailleurs leurs portes ce samedi 13 juillet au grand public.En région Grand Est, seul un site ouvrira ses portes.

Aurélien Morhain est agriculteur. Soucieux de diversifier ses revenus, il créa en 2008 la brasserie artisanale Haute-Rive. « Sur mes 140 hectares, je produis du blé, du colza, du tournesol, de l’avoine ainsi que de l’orge de brasserie. Voilà pourquoi je me suis dirigé vers la production de bières », raconte-t-il volontiers. Située au sud de Metz, dans une ferme fortifiée du XIIIème siècle, elle a commercialisé chaque année jusqu’à 150 hectolitres. Une activité à laquelle il a toutefois choisi d’y mettre à terme.

Produire du houblon pour les brasseurs lorrains

Il faut que dire l’agriculteur s’est également penché, voilà trois ans, sur la culture du houblon. Ou comment aller plus loin dans l’approvisionnement en matières premières locales. « Je possède aujourd’hui 0,5 ha de houblon et je cultive une douzaine de variétés. Trois hectares seront plantés à l’automne, et trois autres l’année prochaine », précise-t-il aussi. Le temps de travail est important. « On ne peut pas être partout. C’est pourquoi j’ai décidé d’arrêter la brasserie pour me concentrer sur la culture », poursuit-il. Un choix qui lui assurera également un autre positionnement vis-à-vis des brasseurs lorrains. D’autant que d’ici à deux ans, Aurélien Morhain souhaite pouvoir répondre à la demande de ces derniers, et atteindre une production de 3 tonnes.

Une culture qui n’est pas forcément connue du grand public. Ce samedi, il la présentera ainsi avec grand plaisir. Il reviendra notamment sur l’acquisition de matériels – comme le séchoir –, mais aussi sur la maîtrise de cette culture et les différentes problématiques. Dont celle des maladies et des ravageurs. Cette année, son houblon a d’ailleurs a été la cible de pucerons.

Aurélien Tournier

Informations pratiques
Adresse : Chemin du petit bois, 57420 Cuvry
En raison des moissons, les visites ne se dérouleront que de 8h à 12h.
À noter également la visite possible d’une houblonnière en Seine-et-Marne, à savoir « Le houblon Villaron », route de Bourron à Villiers-sous-Grez. L’ensemble des sites ouverts est à retrouver sur www.houblonsdefrance.fr